Restauration du Blüthner - 3

Publié le par lestitis67

La restauration du Blüthner touche doucement à sa fin. Thierry a procédé à de nombreuses réparations, changements et réglages pour le rendre jouable et lui rendre toute sa grandeur. 

En attendant de pouvoir terminer le travail de montage en cordes ( il attendait la livraison des cordes basses filées ), il a commencé à s'occuper du clavier. Son travail  : le polir pour lui rendre un aspect à nouveau propre et brillant. Il s'agit de le polir avec une flanelle enduite de pâte à polir Sur la seconde photo, on voit bien la différence entre le côté poli et l'autre qui ne l'est pas encore

Bluthner-Miuz 5504 Bluthner-Miuz 5501

Puis il a continué son travail sur la mécanique. Il a décidé de mettre des manches neufs, déjà pivotés dans les capsules. Il a démonté les anciens marteaux, démonter les abstraits puis aléser les abstraits pour recevoir de nouveaux pivots. c'est l'opération qui lui faisait le plus peur, mais qui s'est finalement avérée pas si compliquée qu'il ne pensait.

Bluthner-Miuz 5506 Bluthner-Miuz 5507

Bluthner-Miuz 5518 Bluthner-Miuz 5524

Bluthner-Miuz 5530 Bluthner-Miuz 5532

Dès que la livraison des cordes filées est arrivée, Thierry a donc monté les dernières cordes, le but étant de tendre le piano le plus vite possible ( enfin il faut les tendre doucement les cordes, si on ne veut pas qu'elle casse, mais le but est que l'ensemble des cordes soient tendus pour qu'on puisse l'accorder souvent, c'et un gage de tenue de l'accord, au départ, il faut l'accord une à deux fois par jour parce que les cordes neuves ont tendances à se détendre)

Bluthner-Miuz 5549 Bluthner-Miuz 5551

Bluthner-Miuz 5555

Au départ, n'ayant pas encore fini de réparer toute la mécanique, il a tendu les cordes en s'aidant d'un médiator (guitare) pour faire sonner les cordes

Une fois les manches montés, il a fallu défaucher afin que les manches montent parallèlement. Puis il a fallu ajuster les têtes de marteaux avant le collage.

Bluthner-Miuz 5720 Bluthner-Miuz 5723

Les têtes de marteaux, comme l'ensemble des pièces collées ( feutres et autres etc) sont collées à la colle d'os qui est chauffée au bain marie ( perso, je trouve que ça pue!). Après collage, il faut découper et araser les manches

Bluthner-Miuz 5737 Bluthner-Miuz 5745

Bluthner-Miuz 5757 Bluthner-Miuz 5758

A voilà, il peut maintenant s'attaquer au réglage. Premier réglage : les mortaises de balancier qu'il avait regarnies . Les touches doivent pouvoir balancer librement. 

Bluthner-Miuz 5760 Bluthner-Miuz 5765

Bluthner-Miuz 5767

Après cela, réglage du clavier. Des mouches en papier et en feutre sont placées sous les touches pour obtenir un effet miroir. 

Bluthner-Miuz 5773 Bluthner-Miuz 5796

Vous noterez que Thierry a déjà une petite apprentie, très passionnée

Bluthner-Miuz 5806

Ensuite il a fallu régler la chasse ( espace entre les marteaux au repos et les cordes) ainsi que l'échappement. 

Une fois toutes ses opérations faites, le grand jour est arrivé, celui du 1er accord, premier vrai aperçu de la couleur sonore que va avoir le piano. 

Bluthner-Miuz 5840 Bluthner-Miuz 5839

Petit ponçage des marteaux pour pouvoir régler la portée des marteaux sur les cordes, c'est une opération minutieuse. 

Bluthner-Miuz 5867 Bluthner-Miuz 5869

Bluthner-Miuz 5872

Comme je vous le disais au début de l'article, le travail sur ce piano touche à sa fin... Nous attendons maintenant, au courant de la semaine, la visite de Noriko Yamakazi, la pianiste pour que Thierry puisse affiner la sonorité du piano en fonction du ressenti et du désir de celle-ci...

A bientôt pour la suite de cette restauration. 

 

Commenter cet article

Miss TICK 15/08/2010 09:57



Quel boulot ! Ce doit être passionnant pour lui !


Longue vie à la Clé d'accord !